Le secret du mari – Liane Moriarty

IMG_20180128_202527_314

 

Résumé :

« Jamais Cecilia n’aurait dû lire cette lettre trouvée par hasard dans le grenier. Sur l’enveloppe jaunie, quelques mots de la main de son mari : « À n’ouvrir qu’après ma mort ». La curiosité est trop forte, elle l’ouvre et le temps s’arrête… À la fois folle de colère et dévastée par ce qu’elle vient d’apprendre, Cecilia ne sait que faire : si elle se tait, la vérité va la ronger, si elle parle, ceux qu’elle aime souffriront. » Quatrième de couverture.

Ed. Albin Michel, 2016, 498 p.

Mon avis : 

Coup de cœur !

J’ai littéralement dévoré ce roman ! Je l’ai lu en quelques jours. A première vue, la couverture, le résumé et le titre peuvent laisser penser à un récit insipide et déjà-vu. En fait, il n’en est rien.

Liane Moriarty tisse le portrait de trois femmes : Cecilia, la femme parfaite mais qui découvre que son mari a un lourd secret; Rachel, dont la fille est morte alors qu’elle n’était encore qu’une adolescente et Tess, une femme qui découvre que son mari la trompe. L’alternance des personnages se fait à chaque chapitre et bien qu’au départ rien ne relie ces trois femmes, petit à petit leurs histoires vont s’assembler, tel un puzzle.

Ces femmes a priori sans histoire cachent toutes des failles. Elles sont sensibles, ambitieuses et très attachantes. Chacune essaye de sauver les apparences à sa façon. Liane Moriarty a fait le choix d’écrire son récit à la troisième personne du singulier, mais toujours du point de vue d’une de ces femmes.

Au départ, l’ambiance est assez sereine puisqu’on suit la vie quotidienne, puis on sent la tension s’installer tout doucement. Le récit se déroule dans une ville de banlieue aux résidences pavillonnaires et l’ambiance rappellent indéniablement la série Desperate Housewives (à une différence près que le roman se déroule à Sydney)Et comme la série, ce livre est addictif et l’auteur a le don pour injecter une énergie incroyable. On tourne les pages sans s’en rendre compte, on a envie de connaître la suite à tout prix. 

De plus, la structure même du roman est basée sur un schéma spirituel et religieux. Il se déroule sur sept jours, pendant la semaine sainte (du lundi au dimanche de Pâques). La religion catholique a une place très importante : les enfants étudient dans une école privée et des références religieuses sont disséminées tout au long du récit. Cela a son importance car le roman nous amène à nous questionner sur la morale et la foi en autrui. 

Les thèmes abordés sont universels et peuvent tous nous toucher : la culpabilité, le deuil, l’adultère, les secrets familiaux, la sexualité, les mensonges etc. C’est un roman très juste sur les relations humaines, qu’elles soient familiales, amicales ou amoureuses. Le secret du mari soulève également des questions existentielles : peut-on pardonner à ceux que l’on aime ? Comment avancer avec notre passé ? Doit-on payer pour des fautes commises il y a des années et si oui, comment ? Le poids du passé est-il insurmontable ? Le poids de la culpabilité est-il plus fort que l’amour ?

Note globale : ♥♥♥♥♥

Dans ce roman, le lecteur fait la connaissance de trois femmes profondément blessées mais incroyablement fortes. On rit, on pleure, on espère avec elles. Loin d’être insipide, ce récit nous amène à nous poser des questions fondamentales sur nous et sur autrui. Addictif et puissant !

Publicités

7 commentaires sur “Le secret du mari – Liane Moriarty

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :